Maison témoin de Maldegem.

Ouverte chaque dimanche de 13 à 17 h, sur rendez-vous uniquement.

Maison témoin de Maldegem.

Demandez un rendez-vous

Date de préférence visite:

Demandes

Restez au courant

Inscrivez-vous pour notre newsletter, ainsi nous vous tenons au courant des nouvelles les plus importantes sur Mi Casa.

S'inscrire

Yves Wybraeke, notre chef d'atelier, un maillon indispensable

Retournez au menu principal

Yves Wybraeke, notre chef d'atelier, un maillon indispensable

Retournez au menu principal

Yves Wybraeke est un professionnel de l'industrie du bois. Même après son année jubilaire, cet homme de Flandre orientale est plus passionné que jamais. Même après 30 ans, l'amour du métier est toujours bien présent. Yves lui-même possède une maison en bois massif et s'efforce chaque jour, en tant que chef d'atelier, de fournir un travail de haute qualité. "Les possibilités offertes par le bois sont infinies. C'est ce qui en fait un si beau produit."

Yves, en 1991, vous vous êtes lancé dans la construction en bois massif. 2021 était donc l’année de votre trentième anniversaire.
Yves Wybraeke : "Le temps a passé. J'ai vraiment trouvé ma niche. Déjà lors de mon premier job de vacances, j'ai découvert que j’étais assez habile et que j'avais beaucoup de perspicacité. J'ai toujours été curieux et j'aime prendre la responsabilité de faire bouger les choses. J'ai commencé chez Ipso Facto en 1991 et j'ai parcouru toutes les étapes de la production de bois en série. J'ai travaillé dans l'atelier, j'ai fait du montage, de la finition, j'ai été chef de chantier et maintenant je suis chef d’atelier.

Comment avez-vous vu le secteur de la construction en bois massif évoluer au cours de ces trente années ?
« D'un simple ‘chalet’, nous sommes passés à une grande maison de standing. Wolfgang Verraes est le fondateur de la construction en bois massif en Belgique. Dans les années 1990 et 2000, il n'y avait pas de choix possible. Tout était standard. La grande différence aujourd'hui est que les possibilités sont devenues infinies. »

Comment l'évolution a-t-elle eu un impact ?
"Un plus grand choix rend également la situation plus complexe. Dans le passé, personne ne pouvait choisir et pourtant tout le monde était heureux. Ce qui était autrefois considéré comme du luxe est désormais considéré comme ‘standard’. Autrefois, votre vie était réussie si vous étiez propriétaire de votre maison, aujourd'hui c'est devenu normal. Les choses doivent être plus volumineuses et il est donc plus difficile pour une entreprise d’emboiter ce pas. Et c'est ainsi que Mi Casa est devenue ce qu'elle est aujourd'hui.

En 2015, vous avez rejoint l'équipe de Mi Casa. Comment s'est passée l'intégration ?
Très facilement. J'ai retrouvé de nombreux ex-collaborateurs d'Ipso Facto ici. Avec le manager, nous avons repensé l'ensemble du processus pour garantir à nos clients une qualité maximale avec un dosage idéal. Chez Ipso Facto, j'avais travaillé comme chef de chantier, mais chez Mi Casa, je suis devenu chef d'atelier. Mon travail consiste à m'assurer que le cercle de production continue à tourner rond.

Quelle est la grande différence entre ces deux emplois ?
En tant que chef d'atelier, le résultat final n’est pas visible. Nous fabriquons les pièces, mais nous ne les voyons pas quand elles sont terminées. Je trouve cela un peu dommage. Une bonne communication est donc indispensable. Tout ce que nous faisons doit être très minutieux afin qu'il n'y ait pas de problèmes ultérieurs pour les équipes de montage et de finition."

Qu'est-ce qui vous procure le plus de satisfaction ?"Je tire satisfaction des deux emplois, c'est juste différent. En tant que chef de chantier, vous vivez toutes les phases, du travail de fond à la livraison. C'est là que je tire peut-être un peu plus de satisfaction car on voit le résultat final. En tant que chef d’atelier, je tire satisfaction de ma capacité à bien coordonner et du leadership qui en découle. Je ne peux être satisfait que s'il y a eu peu ou pas d'erreurs au cours du mois. »

Vous décririez-vous comme un perfectionniste ?
« Absolument. Parfois même trop perfectionniste. C'est pourquoi ce n’est pas plus mal que j'ai cessé de travailler en tant que chef de chantier. Je voulais porter le monde entier sur mes épaules, mais c'est impossible. Ma règle est la suivante : faites tout comme si c'était pour vous. J'attends le même professionnalisme et la même attitude de la part des personnes avec lesquelles je travaille, mais tout le monde ne pense pas comme ça. Cela a souvent donné lieu à des discussions. Parfois, ça allait trop loin et j’en faisais des cauchemars. »

Comment gérez-vous cela dans l’atelier ?

"Je veux transmettre la même discipline. Si quelque chose ne va pas, alors je pose la question : si c'était pour toi, le ferais-tu ainsi ? En adoptant cette attitude, nous fournissons la meilleure qualité possible".

Comment gérez-vous les choses dans l’atelier lorsque les choses se passent différemment de ce que vous aviez prévu ?

"Si le résultat s'éloigne de ce qui était demandé, je ne peux l'accepter que si quelqu'un peut le justifier. Ce n'est qu'alors que je peux le défendre. En collaborant avec d’autres personnes, je ne devrais pas être aussi perfectionniste. En tant que manager, il faut plutôt faire des compromis. Mais je m'assure simplement que nous fournissons la meilleure qualité possible."

Pourquoi choisir Mi Casa ?
"C’est simple. L'apparence des maisons ne peut être égalée. Tout le monde va voir nos réalisations. Elles sont tout simplement magnifiques. Il y a ensuite notre processus de construction efficace, la rapidité inégalée entre le début et la fin des travaux, les valeurs d'isolation, le haut degré de finition, etc. Sans oublier de parler du charme. L construction  en bois massif me colle à la peau.
Qu'est-ce qui fait du bois un produit si noble à travailler ?
"Les possibilités qu'offre le bois sont infinies. C’est un matériau facile à travailler et il y a toujours des options lorsque vous voulez intégrer une nouvelle pièce. Mais c’est surtout la chaleur qu'il dégage. J’ai aussi laissé ma maison en bois naturel pendant très longtemps. Personne ne peut contester le charme du bois. Et c'est précisément notre force : honorer le warm charm of wood.

Comment faites-vous quand vous faites une erreur ?
"Ca me tracasse. J'aime juste que tout se passe bien. Si ce n'est pas le cas, je suis préoccupé. Je consacre alors toute mon énergie pour rectifier le tir."

Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×